Partagez | 
 

 L'Ordre d'Hermès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Atrion
Philippus Grosbillus
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 03/07/2010
Localisation : Imperium Romanum

MessageSujet: L'Ordre d'Hermès   Dim 23 Jan - 14:43

L'Ordre d'Hermès est une organisation de mages qui s'étend dans toute l'Europe Mythique* et même un peu au-delà. Il comporte à peu près 1200 membres, répartis en 13 Tribunaux* sur tout le continent. En matière de magie, personne ne peut rivaliser avec l'Ordre, mais le pouvoir de Dieu est bien supérieur à celui des Mages Hermétiques*.

Histoire de l'Ordre


La pratique de la magie remonte aux origines même de la civilisation. Les individus possédant le Don* ont toujours trouvé le moyen d'utiliser leur pouvoir pour dominer les Vulgaires*, jusqu'à ce que leur comportement tyrannique, l'envie et la jalousie ne précipitent leur chute.

Trois éléments empêchaient la création d'organisations durables de magiciens : le premier était l'effet du Don. Les magiciens qui se rencontraient avaient une tendance naturelle à se méfier les uns des autres et à se quereller. Ceci était renforcé par un second élément : l'absence de Résistance Magique* : ceci garantissait presque irrémédiablement que le magicien qui frapperait en premier abattrait son adversaire et donc encourageait les frappes préventives. Enfin, chaque tradition de magiciens possédaient sa propre compréhension de la magie : échanger ses connaissances posait donc un problème insolvable. Peu de secrets pouvaient être aisément partagés.

Le seul effort dans cette direction qui rencontra quelque succès fut le Culte de Mercure, à Rome. Ses membres ne se rencontraient que rarement, communiquant par l'intermédiaire de messagers ou de moyens magiques, excepté lorsqu'ils devaient impérativement se rassembler pour invoquer les grands rituels qui donnaient au Culte son pouvoir. Une de leur règle spécifiait que quiconque tuerait un membre du Culte devrait être pourchassé par les autres membres et exécuté à son tour. Enfin, les Mercuriens partageaient de nombreux points communs dans leur pratique de la magie, ce qui pouvait encourager l'échange de connaissances et d'informations.

Néanmoins, la rumeur grandit au sein du Culte que certains membres dissimulaient des secrets magiques puissants et se préparaient à s'en prendre aux autres et à les éliminer. Peu après la chute de l'Empire romain d'Occident, le Culte s'effondra lui aussi, ne laissant derrière lui que des magiciens isolés, disséminés aux quatre coins d'Europe. La magie entra dans un âge sombre, dont elle n'émergea qu'avec la fondation de l'Ordre, trois siècles plus tard.

La Fondation de l'Ordre

L'Ordre d'Hermès doit son existence à Bonisagus, sans aucun doute le plus grand génie magique qui ait jamais vécu. Il apporta deux grandes découvertes qui auraient chacune pu, à elles seules, cimenter sa place au panthéon des mages. La première fut la découverte de la Parma Magica* qui permettait à un magicien de se défendre contre les agressions magique de ses confrères et le protégeait contre les effets du Don. Grâce à la Parma Magica, un magicien pouvait s'entretenir avec un autre sans craindre d'attaque et en évitant le sentiment d'hostilité naturel qui se produit lorsque deux magiciens se rencontrent.

Le vrai potentiel de la Parma Magica fut reconnu par la sorcière Trianoma, qui étudia de son plein gré sous l'égide de Bonisagus, malgré son propre pouvoir. Elle fut la première à réaliser que la Parma Magica pourrait rendre une société de mage vivant en collaboration possible. Bonisagus, qui travaillait déjà à son projet suivant : une grande théorie unificatrice de la magie, adhéra au projet de Trianoma.

Trianoma voyagea donc à travers l'Europe, recherchant les plus puissants magiciens du continent. La Parma Magica la protégea contre leurs tentatives pour la chasser et la démonstration de ses pouvoirs offensifs convainquit chacun qu'elle pourrait abattre n'importe quel mage sans en craindre les conséquences. Certains écoutèrent ce qu'elle avait à dire et se rangèrent à son idée de fonder un ordre unifié de mages et acceptèrent de rencontrer Bonisagus.

De ces rencontres, Bonisagus tira un énorme ensemble de connaissances. A partir des méthodes du Culte de Mercure, il développa la magie formelle* et la magie rituelle* ; et grâce aux méthodes des druides, apportée par Diedne, une femme exilée de cette tradition, il conçut la magie spontannée*. Verditius lui enseigna les secrets nécessaires pour insuffler la magie dans des objets inertes et Merinita l'art de lier magiquement des animaux. De chacun des onze magiciens qui vinrent jusqu'à lui, Bonisagus apprit quelque chose et, à chacun d'entre eux, il enseigna la Parma Magica.

Le résultat de ces études fut la seconde grande invention de Bonisagus : la Théorie de la Magie Hermétique*. En 767, les treize magiciens se réunirent à Durenmar, dans la Forêt Noire et prêtèrent le Serment de Bonisagus*, créant ainsi l'Ordre d'Hermès au Premier Tribunal.

Les Douze Fondateurs


Les premiers mages de l'Ordre sont toujours appelés les Douze Fondateurs, bien qu'il y eut treize magiciens au Premier Tribunal. Trianoma refusa de se prétendre l'égale de Bonisagus, ou d'aucun des autres mages qu'elle avait rassemblé, une astucieuse manœuvre politique, qui lui permit ensuite d'agir en tant que médiatrice dans les luttes de pouvoir et conflits d'intérêts, plutôt que d'y être impliquée.

Chacun des Douze Fondateurs établit une Maison. L'actuelle Maison Ex Miscellanea fut fondée plus tard dans l'histoire de l'Ordre et, à l'origine, la Maison Diedne, aujourd'hui disparue, était la douzième.

L'Ordre connut très vite une période d'intense croissance. Les Fondateurs des quatre Lignées Pures* recrutèrent des apprentis et leurs Maison grandirent exponentiellement. Les quatre Cultes de Mystères* initièrent de nouveaux membres qui paraissaient compatibles avec leur mentalité. La maison Diedne chercha à convertir d'autres sorciers à sa religion païenne, les Jerbiton s'étendirent les plus hautes sphères culturelles des Vulgaires, approchant même Charlemagne lui-même. Les Maisons Flambeau et Tytalus parcoururent toute l'Europe, donnant aux magiciens qu'ils rencontraient un choix très simple : "Rejoignez-nous ou Mourrez !".

L'Ordre en Crise

Cette domination de l'Ordre perdura jusqu'à ce jour, en 1220.
Toutefois, l'Ordre, au cours de ses 4 siècles d'histoire, a subi de nombreux problèmes.

Damhan-Allaidh et l'Ordo ex Miscellanea

Au début du IXe siècle, Damhan-Allaidh, un puissant et maléfique sorcier résidant dans les îles bretonnes, mena une résistance organisée contre l'Ordre d'Hermès. Plutôt que d'affronter directement les membres de l'Ordre en combat, les fidèles de l'Araignée* harcelaient les servants des mages hermétiques, posaient des pièges, lançaient des malédictions et utilisaient des assassins vulgaires pour saboter les avancées de l'Ordre. Pendant de nombreuses années ces tactiques étaient très efficaces, et beaucoup pensaient que La Manche serait la frontière définitive de l'Ordre.

Tytalus le Fondateur chargea Pralix, sa meilleure apprentie (et sa jeune sœur), de vaincre Damhan-Allaidh. Pralix déploya toute son astuce et sa ruse et, après une série raids sournois et de spectaculaires batailles magiques, elle réussit à abattre Damhan-Allaidh et à recruter bon nombre de ses anciens disciples.

Alors que l'Ordre s'apprêtait à célébrer le retour de sa championne, il reçut un message. Pralix avait fondé son propre Ordre dans les îles, l'Ordo Ex Miscellanea, qui servirait de concurrent à l'Ordre d'Hermès, afin d'entretenir, par le conflit, sa force et sa vitalité. Flambeau voulut immédiatement marcher sur Pralix avec toute la puissance des mages hermétiques, mais Tytalus, impressionné par l'audace de sa filia*, força l'Ordre à négocier une trêve. En 817, l'Ordo Ex Miscellanea rejoignit l'Ordre d'Hermès en tant que treizième Maison.

La Domination de la Maison Tremere

La Maison Tremere avait lentement développé son pouvoir depuis la Fondation de l'Ordre, Tremere lui-même (le frère cadet de Tytalus et Pralix) exerçant un contrôle total sur sa propre lignée. Grâce à l'utilisation astucieuse du Certamen* et à l'établissement d'alliances politiques, la Maison Tremere gagna un contrôle de fait sur la majorité des Tribunaux de l'Ordre. Lorsque le onzième Fondateur mourut, laissant Tremere comme l'unique Fondateur encore en vie, sa Maison était prête à prendre le contrôle total de l'Ordre dans son entier, l'utilisant comme un instrument servant ses propres plans.

A ce moment, un groupe de mages dont l'identité reste inconnue, brisa l'esprit des plus proches lieutenants de Tremere. Cet événement, connu sous le nom de Disjonction* détruit également les structures de pouvoir que la Maison avait construit. Tremere lui-même rencontra les mages responsables de la Disjonction et ils parvinrent à une sorte d'accord. Alors que Tremere disparut peu de temps après, la Maison a continué à respecter les termes de cet accord et n'a plus, jusqu'à aujourd'hui, tenté de prendre le contrôle de l'Ordre.

La Corruption de la Maison Tytalus

La Maison Tytalus a toujours recherché les défis. A la fin du Xe siècle, les dirigeants de la Maison allèrent trop loin en tentant de dominer les Démons. Ils s'engagèrent alors dans une campagne subtile pour corrompre le reste de l'Ordre quand leur corruption fut révélée par Kalliste, l'apprentie de la Prima* de Tytalus, Tasgillia. Kallisye alerta les Quaesitors* et l'Ordre se retourna contre les Tytalus et purgea la Maison de tous ses membres infernalistes. Tasgillia en fut la victime la plus connue, mais la Maison perdit nombre de ses membres et mit des années à s'en remettre. A ce jour, la Maison Tytalus souffre toujours d'une sombre réputation à cause de ces événements.

La Guerre du Schisme

Juste après le début du nouveau millénaire, l'Ordre d'Hermès commença à sombrer dans l'anarchie. La corruption des Tytalus avait rendu les autres mages paranoïaques quant aux activités secrètes de leurs confrères. A cette époque, chacun se repliait sur lui-même et beaucoup de Tribunaux étaient ineffectifs, les mages refusant de quitter la sécurité de leurs laboratoires pour y participer.

Les mages qui se sentaient menacés lancèrent des Guerres de Magiciens* ou même des raids illégaux contre d'autres Alliances*. Les Quaesitors, Toques Rouges, Bonisagi et les autres mages qui se sentaient concernés par la survie de l'Ordre se rendirent compte qu'ils ne pouvaient rien faire pour restaurer la concorde. L'anarchie augmenta et, pendant un temps, il semble que l'Ordre allait connaitre le même sort que le Culte de Mercure.

Alors, la Maison Tremere déclara la guerre à la Maison Diedne. Les païens Diedne s'étaient toujours montrés distants avec le reste de l'Ordre qui était largement chrétien. De sombres rumeurs s'étaient répandues sur les rites religieux des Diedne à l'époque de la corruption Tytalus, et de nombreux mages se méfiaient d'eux. Lorsque que le Primus de la Maison Tremere, Cercistum, appela l'Ordre à l'aide pour se débarrasser de ces diabolistes, la Maison Flambeau les rejoignit avec enthousiasme. Beaucoup d'autres mages se joignirent alors aux Tremere, et personne ne prit publiquement la défense des Diedne.

Saisissant l'opportunité, les Quaesitors et les Bonisagus appelèrent à un Grand Tribunal exceptionnel, au cours duquel la Maison Diedne fut déclarée "Renoncée", ce qui imposa à chaque mage de l'Ordre le devoir de les pourchasser et de les abattre.

La guerre qui s'ensuivit fut sanglante et la Maison Diedne fut éradiquée. Ses dirigeants, toutefois, ne furent jamais retrouvés et depuis, la crainte demeure qu'ils aient réussi à s'échapper à trouver refuge dans quelque regio* magique, préparant leur vengeance.

Avec la destruction des Diedne, la guerre du Schisme prit fin. Les Quaesitors avaient réussi à réimposer le respect du Code* durant les dernières étapes de la guerre, l'Ordre s'étant uni contre un même ennemi. Cette expérience du chaos et de la destruction convainquit la plupart des mages de la nécessité de maintenir la paix et la loi au sein de l'Ordre et, à nouveau, les Tribunaux furent respectés et les Quaesitors obéis.

Depuis la fin de la Guerre du Schisme, l'Ordre a prospéré dans une ère de paix et de coopération relative. Toutefois, en 1220, les derniers mages qui ont vécu ces tragiques événements sont décédés ou ont disparu en Crépuscule* Final et les souvenirs de cette malheureuse époque ont commencé à s'estomper...
Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ordre d'Hermès
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ars Magica :: Campagnes :: Archives :: Europe Mythique-
Sauter vers: